Pédagogie adaptée aux sourds et malentendants

Les caractéristiques dominantes peuvant interférer dans les apprentissages

  • Difficultés de compréhension du monde environnant et difficultés à se faire comprendre en raison de la perte auditive et d’une mauvaise oralisation
  • Gène, douleur et fatigue lorsque la personne malentendante appareillée se retrouve dans un lieu bruyant, car les sons peuvent être amplifiés directement dans l'oreille
  • Fatigue cognitive résultant de la dépense d’énergie nécessaire à la concentration au cours de la journée : concentration pour lire sur les lèvres de son interlocuteur ou pour recourir à de la suppléance mentale (reconstituer le sens d’une phrase en retrouvant les mots qui n’ont pas été lus sur les lèvres)
  • Isolement social et troubles de l’humeur : les situations vécues par une personne déficiente auditive vont avoir pour conséquence un retrait progressif de la vie sociale qui peut conduire à un véritable isolement et aboutir à des troubles de l’humeur jusqu’à la dépression

Recommandations

  • Positionner la personne pour être suffisamment proche du formateur de manière à pouvoir lire sur ses lèvres, mais également avoir une vue sur les autres stagiaires
  • Positionner la personne dos à la fenêtre pour ne pas être éblouie et pour ne pas être gênée par le contre-jour pour lire sur les lèvres au moment des prises de parole des uns et des autres.
  • Remettre les supports et le plan de formation à l’avance
  • Privilégier l’utilisation du rétroprojecteur, du tableau
  • Retranscrire systématiquement par écrit toute information orale pour être transmise à la personne déficiente auditive
  • Disposer d’une boucle magnétique individuelle (micro HF) ou collective (installation dans la salle de formation), enregistreur dans la salle de formation
  • Autoriser les codeurs LPC, cours de soutien, interfaces de communication, interprètes en LSF, transcription en simultanée par des professionnels via internet sur ordinateurs ou moniteurs vidéos, tutorat
  • Pour les aménagements et adaptations des examens, passer un écrit à la place d’un oral, recours à des interprètes ou à des échanges par écrit, temps majoré, vérification de la compréhension des consignes pour lever les ambiguïtés linguistiques